recherche
sous-menu
Vous êtes ici : Accueil > PPS > Expressions Française ...
LIENS COMMERCIAUX

PPS Humour : Expressions Française ...


Le contenu apparaitra dans 10 secondes




Expressions Française ...

Expressions Française ...

posté le 09/06/2021 09:49:00


Texte du powerpoint :

59 Autant que faire se peut : autant que possible ; dans la mesure du possible ; si possible ; chaque fois que possible ; lorsque cela est possible ; quand c'est possible Voilà une ancienne expression à la forme archaïque qui a pourtant traversé les siècles jusqu'à nous sans évoluer.
la faisabilité de la chose. A ce titre, notre expression doit être comprise dans le sens où si une possibilité de faire quelque chose existe, alors il faut mettre tout son possible pour le faire.
La fin justifie les moyens : vouloir atteindre un but précis autorise et justifie l'emploi de n'importe quel moyen pour y arriver ; il faut être prêt à tout pour réussir ; si le but à atteindre est suffisamment important, il peut justifier des méthodes sans foi ni loi. Et cette expression, pour le moins immorale, justifie que tous les moyens possibles soient employés pour l'atteindre qu'ils soient répréhensibles ou pas. Autrement dit, l'essentiel est d'arriver au but visé, peu importent les moyens utilisés. On pourrait disserter longuement sur le comportement de ceux qui le considèrent comme une vérité. Quant à savoir qui est réellement l'auteur de cette phrase, les avis divergent, mais la période semble bien cernée puisqu'elle est attribuée à deux personnes à peu près contemporaines. Pour les uns, il faut l'attribuer à Nicolas Machiavel (1469-1527) qui l'a appliquée principalement à la politique. Cependant, il n'a jamais écrit la phrase sous cette forme, même si elle est un condensé de l'interprétation de ses écrits. Pour les autres, l'auteur serait Philippe van den Clyte (1445-1509), seigneur de Commynes, l'homme qui trahit Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, pour se mettre au service de Louis XI. Le défaut de la cuirasse : Le point sensible Cette expression française remonte au XVIIIème siècle et se baserait sur la métaphore de la cuirasse des guerriers du moyen- d'habit métallique pour se protéger des épées ennemies. En revanche, ces cuirasses en question et malgré leur épaisseur comportaient de par leur assemblage des espaces vides et non protégés entre les parties articulées permettant le passage des armes blanches pouvant éventuellement blesser ou tuer le chevalier en question.
Ne pas valoir tripette : ne rien valoir ; n'avoir strictement aucun intérêt ; n'avoir aucune valeur ; ne pas valoir pipette tripette» ? Il désigne une petite tripe, ce boyau animal qu'on prépare souvent à la mode de Caen.. Au XVIIe siècle, le verbe 'triper' voulait dire "fouler aux pieds» et, par extension, mépriser. Et comme on accorde peu de valeur à ce qu'on méprise, il est possible que ce soit à partir de ce verbe que le substantif tripette ait été utilisé pour désigner des choses sans aucune valeur, sens qui est resté jusqu'à nos jours dans notre expression. À moins, tout simplement, qu'une trop petite tripe ait été considérée comme inutile à mettre dans la marmite et donc sans valeur.
Chèque en bois : chèque sans provision ; faux chèque Il faut remonter aux locutions "de bois», qui date du XIIIe siècle, et "en bois", qui date du XIVe, locutions qui servaient à désigner des choses artificielles ou fausses comme "une jambe de bois" ou bien "un sabre de bois" (assez logiquement, puisque ce matériau était abondant, peu coûteux, et permettait aisément de fabriquer des imitations d'autres choses). C'est une de ces locutions qu'on trouvait au figuré dans "la langue de bois», ... Le chèque en bois désigne donc un faux chèque, un chèque artificiel, en tant que faux moyen de paiement, car le montant ne pourra jamais être touché, le compte débiteur n'étant pas assez alimenté. Prendre une veste : échouer ; subir un échec ; faillir ; manquer Cette expression française du milieu du XIXème siècle selon certains interprètes
mis capot équivaudrait à afficher sa ruine et surtout montrer son humiliation.
sorte de long manteau à capuche que portaient généralement les militaires de la première guerre mondiale. Le passage de capote à veste a été pris rapidement. "Etre capot" a gardé le sens originel de "subir un échec".
Été indien : période de l'automne en Amérique du Nord où la température reste très agréable
-Martin pour le même phénomène). Elle se produit en octobre ou au début de novembre. Elle est aléatoire et
certaines années. L'été indien ne doit pas être confondu avec le changement annuel de couleur des feuillus qui se produit à la même période. L'été indien est une chanson célèbre de 1975, coécrite par Pierre Delanoë et Claude Lemesle et interprétée par le chanteur français originaire américaine Joe Dassin. "Tu sais, je n'ai jamais été aussi heureux que ce matin-là Nous marchions sur une plage un peu comme celle-ci C'était l'automne, un automne où il faisait beau Une saison qui n'existe que dans le Nord de l'Amérique Là-bas on l'appelle l'été indien» On ira où tu voudras, quand tu voudras Et l'on s'aimera encore, lorsque l'amour sera mort Toute la vie sera pareille à ce matin Aux couleurs de l'été indien : on ne peut plus hésiter ; il faut trancher ; il faut prendre une décision ; la chose doit se faire tortiller sa pensée» pour désigner de façon imagée des cheminements de pensée compliqués. Par opposition, pour signifier qu'on allait droit au but, sans hésiter, on pouvait donc dire "il n'y a pas à tortiller sa pensée», assez vite raccourci en un "y'a pas à tortiller" attesté en 1756 et qu'on trouvera chez Vidocq, par exemple. Mais avant, à la fin du XVIIe siècle, on trouvait déjà un "tortiller du cul», appliqué aux femmes qui marchent en se déhanchant tout en sachant l'effet que cela produit sur des hommes. La combinaison des deux a donné, à la fin du XVIIIe siècle, un y'a pas à tortiller du cul avec le même sens que notre expression.
Tomber comme un couperet : Décision inévitable et inattendue Le couperet au sens propre du terme serait la lame de la guillotine qui sert à couper les
sent sa fin proche, mais en revanche il ne sait pas le moment de déclenchement du couperet en question.
tombent comme un couperet, car elles sont généralement inévitables et inattendues.
Engueuler comme du poisson pourri : accabler quelqu'un d'injures, se disputer violemment. La comparaison est fictive et semble récente car il s'agirait probablement de traiter quelqu'un de poisson pourri, injure qui a pu se répandre dans des milieux fort en gueule comme celui des marchandes de poissons, réputées pour leurs altercations légendaires, sur les marchés. Cependant la forme la plus courante interprétée par cette expression française semble faire intervenir un "engueuleur" et un "engueulé" à savoir un attaquant et sa victime où il serait question d'engueuler quelqu'un avec aussi peu d'égards qu'on traiterait du poisson pourri ou comme quelqu'un qui lui aurait vendu du poisson pourri.
T'as le bonjour d'Alfred : Formule ironique et populaire utilisée pour se débarrasser de quelqu'un ou congédier un importun Cette expression française provient d'une réplique récurrente de la bande dessinée du journal " le dimanche illustré", la fameuse ""Zig et Puce et Alfred-Ogan. Le pingouin Alfred, leur compagnon inséparable leur lance un "t'as le bonjour d'Alfred" à chaque fois qu'ils déjouent les pièges de leurs adversaires. La popularité de ce pingouin en fera un des premiers produits dérivés issus de la bande dessinée. Il deviendra la mascotte de plusieurs célébrités comme la chanteuse Mistinguett et le Président Gaston Doumergue (1863-1937) président de la République de 1924 à 1931.Par la suite, il sera statufié et deviendra l'emblème des premiers salons du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême. Selon d'autres interprétations, cette expression française est utilisée dans le milieu des taxistes et des restaurateurs pour définir le client qui ne laisse pas de pourboire. Aux quatre coins de... : dans tous les lieux possibles ; partout ; sur toute l'étendue de ; aux quatre vents ; dans tous les recoins L'expression est utilisée depuis le XVIe siècle. Elle provient de deux images fortes : celle des quatre points cardinaux sur la boussole symbolisant toutes les directions possibles, ainsi que celle des quatre coins d'une même pièce, qui permettent d'en faire le tour. Ex :
. » En 1974, lors de la campagne présidentielle, le sénateur du territoire de Belfort, accueillant le candidat Mitterrand, déclara , lors de son discours, en s'adressant au
Se frotter les mains : se réjouir ; se féliciter On peut se frotter les mains pour se les nettoyer ou bien, lorsqu'on a froid, pour se les réchauffer. Cette expression française simple dans sa signification et dans ses origines puisque pour les interprètes, elle serait liée tout simplement à une culture populaire occidentale qui aurait tendance à manifester son plaisir en se frottant les mains. Pourtant quelques auteurs lui trouvent une certaine origine maritime en expliquant que lors des traversées et surtout des courses où il fallait arriver premier, serait de contrecarrer le bateau concurrent en se frottant à lui pour le déséquilibrer et le ralentir on appelait cette attitude " se frotter les mâts » qui par déformation se transforma en se frotter les mains de satisfaction. L'usage de l'expression s'est étendu au point qu'il suffit maintenant de dire je m'en frotte les mains sans même faire le geste pour être compris.
FIN
03_2021 JPI
COMMENTAIRES
balouIl y a 13 jours
LE détraqué sexuel est de retour

 Pseudo : Inscrivez-vous pour pouvoir
poster vos commentaires
 Passe :
 Votre commentaire :
 

RUBRIQUES
- Photos - Vidéos - PPS - Pubs tv - Jeux - Tutoriels - Autre
A PROPOS
- Contact